La publicité envahit nos rues et nos esprits, nuit à notre environnement, à notre santé et à la convivialité de nos quartiers.
Pourtant, des alternatives existent !
Et si on passait à autre chose ?

Communales 2018

Nous avons soumis un questionnaire à 7 listes politiques (PS, MR, Vert Ardent, PTB, cdH, VEGA, Défi) pour connaître leurs positions sur la publicité dans l'espace public. Quatre ont répondu à notre sollicitation. Voici un compte rendu de leurs réponses.


Au cas où votre liste ferait partie de la prochaine majorité,
vous engagez-vous à prendre les mesures suivantes ?

PS
MR
VERT ARDENT
VEGA
DEFI

Mesure 1

Recenser et faire enlever les panneaux publicitaires installés illégalement

OUI
OUI
OUI
OUI
OUI

Mesure 2

Ne plus accorder de permis d’urbanisme pour l’installation de panneaux publicitaires

OUI
NON
OUI
OUI
OUI

Mesure 3

Enlever les panneaux publicitaires installés sur les terrains de la Ville, de la Régie Foncière ou de tout autre organisme sous l’autorité de la Ville

OUI
NON
OUI
OUI
OUI

Mesure 4

Interdire le placement de caméras dans les dispositifs publicitaires ainsi que tout dispositif « intelligent » permettant d’adapter le contenu publicitaire en fonction des informations recueillies sur les passants

OUI
NON
OUI
OUI
OUI

Mesure 5

Interdire à l’échelle de la Ville les écrans vidéo publicitaires

OUI
NON
OUI
OUI
OUI

Mesure 6

Interdire les panneaux publicitaires mobiles et les véhicules de diffusion publicitaire

OUI
NON
OUI
OUI
OUI

Mesure 7

Refuser l’installation de publicité à l’intérieur ou aux alentours du futur tram

OUI
NON
OUI
OUI
OUI

Mesure 8

Ne passer aucun nouveau contrat avec des annonceurs publicitaires

OUI
NON
OUI
OUI
OUI

Mesure 9

Poursuivre un objectif de suppression de la publicité dans les institutions et organisations où la Ville est représentée

OUI
NON
OUI
OUI
OUI

OUI

Mesure 3 - PS

Oui, afin d’atteindre l’objectif de réduction de 10% dans un premier temps et de 17% dans un second temps de la publicité sur l’espace public.

OUI

Mesure 8 - PS

Le PS s'engage à ne plus passer de nouveau contrat avec des annonceurs publicitaires en dehors du fait d'avoir "recours à de la publicité commerciale (à la radio, dans les journaux,…) pour promouvoir certaines initiatives (l’organisation d’un salon de l’emploi par exemple) ou faire connaître les différentes offres de l’enseignement communal liégeois."

OUI

Mesure 3 - DéFI

Progressivement car il est important de se rendre compte que la publicité est une rentrée d'argent non négligeable pour la ville de Liège (Ville aux finances fragiles)

OUI

Mesure 6 - DéFI

Oui d'une manière générale mais c'est inévitable pour certains événements sponsorisés comme les événements sportifs (par exemple : le Tour de France)

OUI

Mesure 7 - DéFI

Oui sauf éventuellement pour promouvoir l'éducation et la culture locale.

OUI

Mesure 9 - DéFI

Oui sauf dans les événements culturels et sportifs (à analyser au cas par cas).


Quel est votre positionnement sur la place de la publicité commerciale dans l’espace public ?

PS

Cette question ne peut être dissociée du financement des services publics que la Ville rend sur son territoire. En effet, l’activité économique et commerciale, très intense sur Liège, entraine des coûts importants pour la collectivité : nettoyage, sécurité, mobilité,…. Ces coûts sont très majoritairement supportés par les impôts payés par les citoyens domiciliés sur Liège, alors que les services bénéficient à des centaines de milliers de travailleurs, clients, étudiants,…. domiciliés hors Liège et qui ne contribuent pas fiscalement.

Faire contribuer la publicité, qui génère d’importants bénéfices, au financement des services publics est donc une question de justice fiscale. Mais sans pour autant laisser faire n’importe quoi en termes d’affichage.

D’une manière générale, nous confirmons notre volonté de réduire progressivement la présence publicitaire sur le territoire, grâce à la diminution de 17% prévue dans le marché Decaux (qui paie quand même 50 millions € à la Ville !), au refus systématique des nouvelles demandes et à l’enlèvement des panneaux illicites.

MR

Le MR Pour Liège ne souhaite pas la suppression totale de la publicité., qui est porteuse d’emplois, de recettes importantes pour les secteurs médiatiques, culturels, sportifs, événementiels, et pour la fiscalité de la Ville.

Nous souhaitons toutefois plus respectueuse de l’environnement et du patrimoine. Le MR Pour Liège demande que soient retirés les panneaux illégalement placés, qu’un règlement spécifique à la publicité dans le centre historique de la Ville et aux enseignes sur les bâtiments historiques soit appliqué de manière contraignante.

Nous considérons que la Ville devrait mieux gérer le marché publicitaire, en ouvrant plus à la concurrence (cf. marché Decaux).

Le MR Pour Liège pense aussi que la publicité pourrait être utilisée pour masquer des chantiers de longue durée.

Le MR Pour Liège considère que la publicité doit servir de vecteur à des messages d’intérêts généraux, de sensibilisation citoyenne et de promotion des acteurs publics de la culture. La cohabitation entre les messages d’intérêt général et les publicités commerciales peuvent donner de Liège l’image d’une ville moderne.

Le MR Pour Liège demande une publicité moins agressive, par une analyse de l’implantation géographique des panneaux, par leur impact en terme de sécurité sur les routes, pour les utilisateurs de tous les modes de transport.

Nous demandons un contrôle de la pollution visuelle (enseignes éclairées la nuit) et sonore (bruit des rotors).

Le MR Pour Liège demande néanmoins une publicité plus éthique : par  un renforcement du Jury d’Ethique Publicitaire qui doit exercer un contrôle plus efficace sur le contenu des messages, par l’interdiction de publicités dans les écoles,  par des restrictions de publicité pour des produits qui engendrent des addictions nocives pour la santé physique et morale (alcool, prêts, paris, qui devraient être traités comme le tabac).

VERT ARDENT

La commune doit libérer son espace public de la publicité. Ses impacts sur la santé, la pression sociale qu’elle induit, son rôle sur l’environnement et sur la qualité de l’espace public sont importants. Par ailleurs, sa présence dans l’espace public pose un problème éthique, puisqu’elle capte notre attention contre notre gré. Enfin, trop d’irrespect a été commis dans notre ville pour des espaces publicitaires : cacher des remparts médiévaux, négocier un bas prix pour le cerveau des Liégeois, etc. Nous voulons explorer les nombreuses pistes existantes pour affranchir Liège définitivement de l’omniprésence de l’affichage publicitaire. Nous pensons que c’est une opportunité pour embellir la ville, pour ses habitant.e.s comme pour ceux et celles qui visitent Liège.

Cette politique devra probablement être menée en plusieurs étapes. En attendant une libération complète, nous refuserons toute publicité sexiste. Nous prioriserons l’enlèvement des publicités dans les alentours des écoles. Nous sommes très sensibles à déjouer les stratégies agressives qui visent à fidéliser le public jeune à des produits de consommation.

L'ensemble de vos revendications se trouve dans notre programme, voté par notre Assemblée fin juin 2018. Vous les retrouverez à la page 76 : Programme Vert Ardent

VEGA

Pour VEGA, la publicité commerciale des multinationales est l’emblème d’un modèle de société en échec. Celui de la surconsommation et du gaspillage, du conditionnement et de la standardisation, de l’aliénation de l’esprit critique et de la prévalence des intérêts particuliers sur l’intérêt général. Elle s’impose aux citoyens et nuit à leur santé, particulièrement celles des enfants et des adolescents. Elle nuit à l’environnement en encourageant la surconsommation et le gaspillage, en plus d’enlaidir notre cadre de vie. Nous nous opposons fermement aux panneaux publicitaires dits « intelligents » ou dynamiques qui accroissent ainsi leur emprise.

Dès sa formation en 2012, Vega a introduit des propositions anti-pub dans son programme et a, ensuite, concrètement œuvré à les défendre tout au long de la mandature.

VEGA souhaite, en plus, de supprimer la publicité dans la Ville, développer partout dans les quartiers des espaces d’expressions culturelles et artistiques qui interrogent les usagers de ces espaces.

Commentaire supplémentaire : Certaines des questions posées dépassent, aujourd’hui, le rayon d’action du pouvoir communal par l’application de réglementation adoptée à un niveau de pouvoir supérieur. De plus, des contrats déjà adoptés lient la Ville de Liège et les futures majorités (cf. le tram). Dans ce contexte de contraintes, VEGA veillera le plus possible, au travers de clauses sociales / environnementales ou tout autre action politique, à diminuer la publicité commerciales en vue d’une consommation de masse, en particulier réalisées par des opérateurs économiques transnationaux.

VEGA souhaite, par contre, augmenter la présence dans l’espace public de l’expression culturelle et artistique, et promouvoir les acteurs culturels, associatifs, sportifs et folkloriques locaux.

DEFI

DéFi est pour la suppression progressive de la publicité dans l'espace public qui défigure les entrées de ville, le centre historique et lebâti. Ces panneaux pourraient être réinvestis par des artistes locaux. Certaines initiatives à Bordeaux vont dans ce sens et pourraient servir d'exemples pour Liège.